Jour_de_pluie

***

C’est un jour de pluie dans les rues de Paris

Un jour sans nom, sans date , sans ennui

Je prends un café sous le paravent d’une brasserie

Les gens passent et se cognent contre les parapluies.

C’est un jour comme un autre, peut être un samedi

Mais je voulais te dire justement aujourd’hui

Toutes les choses tues , ce qui n’est jamais dit

Celles qui tournent dans le silence comme des ombres à minuit.

D’abord que je t’aime, mon ange, ma tendre, ma fragile

Que j’ai eu peur mille fois de te perdre dans cette vie

Je te porte en moi, tu sais , c’est facile

On s’est connu petit, ensemble on a grandi .

Mais j’ai honte parfois d’être dans ce monde ci

Et de n’avoir rien fait que compter toutes les nuits

Comme un long défilé de misères qui s’enfuient

Vers le désert d’une terre qui ne porte plus de fruit.

J’aurai voulu mon ange t’offrir un monde juste

Où chacun a le droit de relever le buste

De regarder l’existence droit dans les yeux

Quelque soit son pays, sa couleur, son milieu.

Mais il y a les guerres, les famines, les disputes

Qui n’en finissent pas et jamais cette lutte

Pour survivre ici-bas n’a été plus injuste.

On dirait que les hommes comme des enfants idiots

Oublient toutes les leçons de l’horreur et du vide

Les trains de marchandise ou des frères en bestiaux

Etaient menés dans la brume vers des fourneaux avides,

Tous ces champs de bataille où nos pères livides

Perdaient le sang du monde par la gorge tranchée,

Imagine le nombre des enfants à venir

Qui ne sont pas venus, mort né dans les tranchées.

Et tous ces peuples heureux qu’on a privé d’avenir

Pour de fumeuses pensées, des idées de délire

« La mort est mon métier » dit l’homme à son miroir,

Mais qui se dresse encore pour reverser l’espoir ?

Nous sommes tous si loin de nos propres histoires

Des singes imbéciles agitant nos grimoires

Nous laissons notre terre à des poignées de fous

Et la terre est malade et se meurt avec nous….

Toi, tu es la jeunesse , la force qui revient

Serai je encore un homme si demain je m’abstiens

De te dire ,mon amour, ne fait pas comme moi

Rêve d’un monde beau et pour lui

bas toi.

C’est un jour de pluie dans les rues de Paris

Un jour sans nom, sans date , sans ennui

Mais je voulais te dire justement aujourd’hui

Toutes ces choses tues , ce qui n’est jamais dit....

à ma fille

***

Lio.D, décembre 2008 , jour de pluie